Matériel roulant

 

 

Le Nord-Sud exploitait son réseau à sa guise, tout en devant conserver les dispositifs techniques établis par la CMP à son matériel. Et en ce qui concerne les rames de métro, la compagnie du Nord-Sud s'efforça d'accentuer un effort tout particulier sur le décors et le confort des voyageurs.

Les voyageurs découvraient alors en 1910 des rames équivalentes techniquement au Sprague -Thomson de la CMP, mais magnifiquement décorées à l'intérieur comme à l'extérieur.

Techniquement la voiture faisait 13,600 m de longueur, 2,420 m de largeur et 3,480 m de hauteur. Masse à vide = 35,5 t.
Capacité : 23 places assises et 70 debout.
Accès par trois portes de chaque côté à fermeture automatique à air comprimé.
Construction entièrement métallique, revêtement extérieur en tôle vitrifiée.
Deux bogies, 4 moteurs TH 206 de 125 CV; équipement électrique Sprague-Thomson.
Constructeur : Compagnie Franco-Belge et Thomson.

(infos tirées du site de l'AMTUIR)

Voici ci-dessous la liste de tous les matériels qui roulèrent sur le Nord-Sud:

 

Numéro du matériel roulant
Date de commande
Mise en service
Constructeur
M 1 à 50
12/11/1907
1910
Ateliers du Nord de la France
M 51 à 70
12/11/1907
1910
Compagnie Française de Matériel de Chemin de Fer
M 71 à 80
04/12/1907
1910
Etablissements de l'Horme et Buire
M 81 à 84
05/10/1910
1912
Etablissements de l'Horme et Buire
M 85 à 90
14/01/1911
1912
Etablissements de l'Horme et Buire
M 91 à 100
28/07/1919
1922
Etablissements Decauville
M 101 à 115
19/04/1924
1925
Société Franco-Belge
A 1 à 39
12/11/1907
1910
Etablissements Decauville
A 40 à 44
31/07/1913
1921
Etablissements Decauville
A 45 à 48
11/03/1923
1925
Etablissements Decauville
A 49 à 52
29/03/1924
1925
Société Baume et Marpent
B 1 à 14
12/11/1907
1910
Etablissements Decauville
B 101 à 110
10/03/1910
1911
Ateliers du Nord de la France
B 15 à 50
09/09/1910
1912
Etablissements Decauville
B 51 à 60
31/07/1913
1921
Etablissements Decauville
B 115 à 120
11/03/1923
1925
Etablissements Decauville
B 121 à 131
29/03/1924
1925
Société Baume et Marpent
AB 1 à 12
13/01/1911
1912
Etablissements Decauville
U 1 à  2
-
1909
ex-tramway de Romainville
C 1 à 4
-
1910
?
meuleuse
-
-
?
chauleuse
-
-
?


La motrice M 108, partiellement détruite par un tamponnement à la station Porte de Versailles le 23 avril 1930 - peu de temps avant la fusion avec le Métropolitain (CMP) - ne circulera plus pour le service voyageurs.

La série M 1 à 90 est munie de 4 moteurs non shuntés (Westinghouse W1002 ou Thomson-Houston TH206) ; la série M 91 à 100 est munie de 4 moteurs shuntés (Thomson-Houston TH206CR) ; la série M 101 à 115 est munie de 4 moteurs shuntés pouvant fonctioner en -600/+600 Volts (Thomson-Houston TH206CR).
La motrice n°89 a été prélevée pour essais de shuntage sur la série 1 à 90.

A l'extérieur, les rames se présentaient un peu comme les Spragues -Thomson de la CMP à la différence essentielle de l'alimentation électrique des motrices complètement innovante: Celle-ci s'effectuait de façon très particulière : la motrice de tête prenant le courant sur une ligne aérienne à la tension de + 600 volts avec un pantographe et la motrice de queue par frotteur sur troisième rail à la tension de - 600 volts, les rails de roulement constituant le neutre de cette alimentation à 2 ponts. Cette disposition permettait ainsi à la compagnie Nord-Sud de réduire son nombre de sous-stations.

En 1925, quinze motrices furent livrées, numérotées de M101 à M115. La M102 existe toujours! Rénovée en 1993, propriété de la RATP, elle est aujourd'hui au musée des transports urbains (AMTUIR) à Colombes (92)!

 

Voici les magnifiques photos de la motrice M102 prises par Erwann Jouan que je remercie au passage.

 

 

Sans oublier de repréciser à quelle compagnie appartenait cette rame:

 

 

On voit très bien sur cette photo de motrice le pantographe:

 

 

 

Voici une photo de la station Chambre des Députés sur l'ancienne ligne A. On aperçoit très bien la caténaire et le "troisième rail" entourés en rouge.

 

 

Ici à la station Saint Lazare sur l'ancienne ligne A, c'est le support de caténaire Nord Sud mais sans la caténaire (il ne reste plus que le feeder pour le retour du courant - aujourd'hui supprimé - qui servait à l'alimentation des trains de travaux ou à l'éclairage des trains Sprague (pendant le service voyageurs) lorsque le courant traction était coupé). La photo a été prise après la fusion NS - CMP.

(Merci à Sylvain et Philippe pour leurs photos et leurs indications)

 

 

A l'intérieur des voitures, les voyageurs découvraient de belles décorations notamment en fer forgé, de couleur à dominante bleue et grise pour les voitures de seconde classe et jaune et rouge pour les voitures de première classe. Les dossiers en bois plein étaient plus confortables que les sièges de la CMP qui étaient en lattes de bois.

 

 

 

Les voitures disposaient de porte-bagages.

 

 

Les nouvelles rames se distinguaient par l'emploi de tôles vitrifiées au lieu de tôles peintes.

L'itinéraire de la ligne était affiché au milieu de la rame:

Cliquez sur l'image pour lire le tracé de la ligne

 

On remarquera que la station Rennes a été rayée. Au vu des renseignements donnés sur ce plan, on peut dater celui-ci comme ayant été imprimé dans les années 1960.

Voici enfin deux photos assez anciennes de l'intérieur de ces rames Nord-Sud.

 

 

Si c'est pas magnifique...

 

Hélas dès 1952 ces rames commencèrent à être remplacées sur la ligne 13 et le 15 Mai 1972 circula la dernière rame Sprague du Nord-Sud sur la ligne 12....

 

Rails du Nord-Sud:

Le Nord-Sud adopta techniquement parlant, la catégorie de rails dite du "double champignon" dont la spécificité était que ces rails présentaient l'avantage de pouvoir se retourner lorsqu'une face était usée, ce qui leur conférait un gain financer de taille.

 

Photo prise à la station Porte de Versailles où subsistaient encore ces fameux rails.

 

Pour plus de détails techniques, je vous invite à vous reporter à ce lien fort intéressant:

http://www.sprague-thomson.com/nord-sud.htm